L’AN 2 DU BUDGET BACHAND


Québec, le 17 mars 2011– Après l’analyse sommaire du budget du Québec 2011-2012, la Chambre de commerce et d’industrie de Québec (CCIQ) note avec intérêt plusieurs mesures économiques qui favoriseront la croissance des entreprises québécoises. La Chambre souligne entre autres la création d’Exportation Québec et du Programme exportation qui inclut une bonification de l’enveloppe attribuée à l’aide à l’exportation, des initiatives qui devraient stimuler le développement de nouveaux marchés pour les entreprises du Québec et, par conséquent, diversifier l’économie.

 

« La mise en place du Fonds Capital Anges Québec est aussi une excellente initiative pour aider le financement des entreprises en démarrage », note le président du comité Fiscalité et Finances publiques de la CCIQ, Rémi Tremblay, CA associé chez PricewaterhouseCoopers. Une telle mesure avait été recommandée par le président de la CCIQ, Me Luc Paradis, lors des récentes consultations initiées par le ministère du Développement, de l’Exportation et de l’Innovation pour la Stratégie entrepreneuriale. « Qui plus est, l’enjeu de la relève étant primordial pour assurer la croissance de nombreuses entreprises et leur maintien dans le giron québécois, la mise sur pied du Fonds relève Québec est une nouvelle que la Chambre ne peut qu’applaudir.

 

Ayant prôné depuis plusieurs années l’amélioration du financement des universités, entre autres par la hausse des frais de scolarité, afin d’assurer la qualité et la compétitivité du réseau universitaire québécois, la CCIQ reconnaît le courage du ministre Bachand d’agir enfin. « Aussi, la subvention de contrepartie qui pourra atteindre jusqu’à 100% de l’augmentation des dons recueillis que versera le gouvernement est une mesure intéressante pour accroître l’apport du secteur privé au financement des universités », souligne M. Tremblay.

 

Active en matière de développement de l’industrie culturelle régionale, la CCIQ salue également la création du Fonds Capital Culture Québec qui permettra d’appuyer le rayonnement des projets novateurs de nos créateurs québécois. « Étant donné nos actions en ce sens, la Chambre a aussi noté avec satisfaction la volonté du gouvernement d’examiner la possibilité de mettre sur pied des incitations fiscales pour favoriser le mécénat et la philanthropie culturelle », mentionne le fiscaliste.

 

Par ailleurs, tout en reconnaissant l’effort du ministre pour contrôler la hausse des dépenses et des coûts de programmes, la Chambre aurait toutefois souhaité un effort plus marqué. L’objectif de l’équilibre budgétaire étant de la plus haute importance, la Chambre s’inquiète de l’impact sur les générations futures de l’accroissement continu de la dette du Québec, le coût du service de la dette imposant un fardeau considérable sur les finances publiques québécoises.

 

-30-

 

Source :         Chambre de commerce et d’industrie de Québec

                     418-692-3853, poste 227