Projet de VIA Rail d’accroître le transport de passagers « La Rive-Sud du St-Laurent doit faire partie du projet » Me André Y. Komlosy, Président de la CCID


______________________________________________________________________________

(Drummondville, le 12 novembre 2015) – La Chambre de Commerce et d’industrie de Drummond (CCID) réitère l’importance que la Rive-Sud du St-Laurent puisse faire partie de la stratégie de VIA Rail d’accroître le transport de passagers.

 

Profitant du passage du Président-directeur-général de VIA Rail, Monsieur Yves Desjardins-Siciliano, jeudi le 12 novembre à Drummondville lors d’un dîner-conférence de la CCID au Centrexpo Cogeco, Me André Y. Komlosy a tenu a rappeler l’importance stratégique pour le développement de Drummondville et la Rive-Sud du St-Laurent, d’un service de trains de passagers plus efficace.

 

« L’idée, avancée par VIA Rail, de la mise en place de voies dédiées aux trains de passagers afin d’améliorer leur fréquence, leur rapidité et leur fiabilité va en droite ligne avec la position de la CCID depuis des années. Nous souhaitons maintenant que la Rive-Sud du St-Laurent s’impose comme une solution lorsque viendra le temps de faire le choix du tracé. Drummondville y gagnera certes un levier de développement économique majeur, mais c’est l’ensemble du sud du St-Laurent, base industrielle du Québec, qui en sortira gagnant », a déclaré celui qui avait contribué à la création de la Coalition Train Rapide : objectif Rive-Sud en mars 2010.

 

La Coalition en mode actif

À cet égard, Me Komlosy a indiqué que la CCID allait s’assurer que la Coalition allait prochainement se réunir afin de préparer une stratégie gagnante.  Mentionnons que la Coalition était moins active depuis qu’il était devenu évident que le projet de TGV ne se réaliserait pas.  « Encore une fois, nous entendons jouer notre rôle de leader afin de mobiliser tous les intervenants de la Rive-Sud du St-Laurent comme nous l’avions fait en 2010.  Le contexte est définitivement favorable à ce projet. Les relations entre les gouvernements du Québec et de l’Ontario n’ont jamais été aussi harmonieuses, le nouveau gouvernement Trudeau souhaite investir 125 milliards de dollars dans les 10 prochaines années dans les infrastructures, notamment dans le secteur du transport collectif et des infrastructures vertes. Lorsque l’option de prolonger la ligne dédiée entre Montréal et Québec se présentera, nous devrons être prêts et nous le serons », a déclaré le président de la CCID.

 

Rappelons que le projet de VIA Rail vise, en premier lieu, à mettre en place des voies dédiées dans le corridor Toronto-Ottawa-Montréal.  La solution de VIA Rail permettra un train à grande fiabilité et à grande efficacité à un coût moindre, le corridor Toronto-Montréal étant estimé à moins de 3 milliards de dollars en comparaison à 10 milliards de dollars pour un TGV.  Avec une extension vers Québec, cela pourrait représenter le passage de 15 à 20  trains de passagers par jour via Drummondville. « Imaginer l’impact que cela aurait sur le développement de notre ville et région  que ce soit pour le recrutement de la main d’œuvre et d’étudiants, l’attraction de nouveaux touristes et un positionnement accru pour notre rayonnement culturel, sans parler d’un déploiement de services plus efficaces et productifs évitant les bouchons de circulation vers les grands centres. Bref, Drummondville se retrouverait avec un levier de développement majeur », selon Me Komlosy.

 

Plan de mobilité durable régional

Rappelons également que la CCID, en novembre 2011, avait déposé un document de réflexion servant à alimenter le plan de mobilité durable que devait par la suite produire la Conférence régionale des Élus du Centre-du-Québec. Parmi les pistes de solution de ce document, apparaissait le transport ferroviaire comme mode de déplacement interurbain notamment en garantissant la mise en place d’une ligne ferroviaire dédiée au transport de passagers afin d’assurer la fiabilité de ce mode de transport. « Cette préoccupation d’un plan de mobilité durable et responsable, la CCID l’a depuis des années, et elle fait largement consensus auprès des intervenants de la région. Nous avons une occasion unique de concrétiser un aspect important de ce plan et nous inviterons bientôt tous les intervenants du milieu à manifester leur appui à cet égard », a conclu le président de la CCID.

 

—30—

 

 
  Zone de Texte: À propos de la CCID<br />
La chambre de commerce et d’industrie de Drummond est vouée à l’essor d’une économie solide, viable et durable favorisant le mieux-être des membres de sa collectivité. Par ses prises de position, la chambre défend les intérêts collectifs de la ville de Drummondville et de la MRC de Drummond et joue un rôle dynamique de concertation pour faire progresser les dossiers prioritaires liés à la croissance économique et à l’amélioration de la qualité de vie en région. Elle est au service de ses membres, qui sont plus de 1 300 réparties dans plus 600 entreprises et leur permet de consolider leur réseau de contacts et de s’exprimer sur diverses tribunes.</p>
<p>