Une alliance stratégique pour quatre MRC de la Montérégie


Sorel-Tracy, le 27 mars 2013 – Une alliance stratégique est née entre les MRC du Haut-Richelieu, des Jardins-de-Napierville, des Maskoutains, et de Pierre-De Saurel dans le but de convaincre le gouvernement que leur développement respectif est sérieusement compromis au profit de celui du grand Montréal! Les élus de ces MRC se sont effectivement unis pour contrer l’assujettissement de leur territoire à l’orientation 10 de l’Addenda modifiant les orientations gouvernementales en matière d’aménagement pour le territoire de la Communauté métropolitaine de Montréal.

 

Adopté par le gouvernement du Québec, cet addenda comprend neuf orientations visant le territoire de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), ainsi qu’une dixième s’adressant spécifiquement aux MRC en périphérie de la CMM (périmétropolitaines), dont les quatre MRC de l’alliance.

 

La neuvième prémisse de l’addenda, « L’harmonisation interrégionale des interventions de la CMM, des régions et des MRC voisines dans un esprit de réciprocité et d’alliance stratégique », expose une problématique d’aménagement se résumant globalement par l’hypothèse que les grandes agglomérations des MRC périmétropolitaines vont voir leur population croitre d’une façon plus significative que celle du territoire propre de la CMM pour la période 2009-2019.

 

La suite logique de ce constat, selon le gouvernement, est de demander, « dans un esprit de réciprocité et d’alliance stratégique », aux quinze MRC périmétropolitaines de prendre en compte la dixième orientation ainsi que les attentes formulées à l’addenda, en s’appuyant sur l’hypothèse que ces MRC vont devoir leur croissance démographique grâce, avant tout, à l’attraction que la région métropolitaine devrait leur procurer.

 

« Concrètement, cette demande gouvernementale entraine, pour chacune de nos MRC, des contraintes sévères dans le développement de nos territoires. En effet, nous sommes fortement limités en fonction de l’espace actuellement disponible, et ce, au détriment de nos municipalités », dénoncent les préfets des MRC de l’alliance.

 

La solution du gouvernement est donc l’imposition aux MRC visées, d’une planification et gestion de l’urbanisation de leur territoire de la même nature que celles exigées à la CMM, et ce, à l’encontre des dynamiques propres et distinctes des municipalités affectées par cette obligation.

 

Cette façon d’agir du gouvernement se fait au détriment du développement et de la croissance saine des municipalités constituant les MRC.

 

De plus, l’analyse énoncée à cette prémisse, à l’effet que la croissance démographique dans les régions entourant la CMM sera plus importante que dans la CMM elle-même, devrait être exposée sous un autre angle, selon les quatre MRC de l’alliance. Habituellement, la gestion de l’urbanisation se planifie en fonction du nombre des ménages (logements) prévus.

 

Selon l’Institut de la Statistique du Québec (ISQ), les données de projection, par MRC, pour la même période, soit 2009-2019, démontrent que la quasi-totalité des MRC du Québec, sauf trois, connaitra une augmentation du nombre total de leurs ménages. En conséquence, le gouvernement ne peut conclure que les quinze MRC périmétropolitaines visées devront leur croissance démographique à l’attraction que la région métropolitaine leur procure. Le phénomène de croissance semble plutôt être attribuable à une tendance provinciale.

 

Toujours selon l’ISQ, on dénombrait, en 2009, 1 840 000 ménages dans les vingt-trois entités touchées par l’orientation 10 (vingt MRC, deux agglomérations et une ville). Pour 2019, l’augmentation du nombre de ménages prévue pour les MRC du Haut-Richelieu, des Jardins-de-Napierville, des Maskoutains et de Pierre-De Saurel, serait de 15 150, soit une augmentation de 0.82 %. En comparaison, l’augmentation du nombre de ménages prévue pour les 20 MRC de la CMM représente quant à elle 7.07 %, et celle pour les agglomérations de Montréal et Longueuil, et la Ville de Laval, 6.33 %.

 

« Cette augmentation de 15 150 ménages, qui, il faut l’avouer, ne représente qu’une infime quantité par rapport à celle attribuée à l’ensemble de la CMM, constitue toutefois, pour nos quatre MRC, LA très grande différence entre une occupation dynamique de nos territoires et le début d’une dévitalisation par la perte de nos services de proximité», déplorent en bloc les préfets de l’alliance.

 

Pour toutes ces raisons, les MRC de l’alliance ont résolu de demander une rencontre avec le ministre des Affaires municipales, des Régions et de l’Occupation du territoire, M. Sylvain Gaudreault, d’ici le 30 avril 2013, pour lui expliquer leurs revendications afin d’être exclues de l’application de l’orientation 10 de l’addenda gouvernemental.

 

-30-

 

Source :

 Josée-Ann Bergeron

Coordonnatrice aux communications

MRC de Pierre-De Saurel

450 743-2703 poste 227

jabergeron@pierredesaurel.com

 

Information :

Mario Dion Directeur de l’aménagement

MRC de Pierre-De Saurel

450 743-2703 poste 226

mdion@pierredesaurel.com

 

Réal Campeau, urbaniste, OUQ Directeur à l’aménagement

MRC des Maskoutains

450-774-3154 r

campeau@mrcmaskoutains.qc.ca

 

Caroline Roberge

Directrice de l'aménagement et du développement

MRC du Haut-Richelieu

450 346-3636 poste 6507

caroline.roberge@mrchr.qc.ca

 

Gilles Desgroseilliers, urbaniste Aménagiste

MRC des Jardins-de-Napierville

450 454-0559

gilles@mrcjardinsdenapierville.ca