Pour la hausse des droits de scolarité POUR UN FINANCEMENT ÉQUITABLE DES UNIVERSITÉS : CHACUN DOIT FAIRE SA PART, SELON L’AILE JEUNESSE DE LA CHAMBRE DE COMMERCE DE LÉVIS


Pour la hausse des droits de scolarité
POUR UN FINANCEMENT ÉQUITABLE DES UNIVERSITÉS :
CHACUN DOIT FAIRE SA PART, SELON L’AILE JEUNESSE DE LA CHAMBRE DE COMMERCE DE LÉVIS
(Lévis, le 22 mars 2012) — En cette grande journée de manifestations étudiantes, l’Aile jeunesse de la Chambre de commerce de Lévis se prononce en accord avec une hausse raisonnable des droits de scolarité des étudiants afin que les coûts de l’enseignement supérieur soient partagés de façon équitable entre tous : contribuables, universités, entreprises et étudiants.
Un réseau d’institutions universitaires de qualité implique des coûts importants et des ressources adéquates afin d’en préserver la qualité. À ce compte, l’apport des étudiants québécois est nettement plus faible que celui de leurs collègues des autres provinces. Ce que les étudiants ne paient pas, ce sont les contribuables qui doivent l’assumer. Les étudiants sont les premiers bénéficiaires d’une formation universitaire. En effet, les personnes ayant complété des études universitaires gagneront, en moyenne, 750 000 dollars de plus durant leur vie active que celles qui n’ont pas fait d’études supérieures.
Quelques données en bref :
 Le gouvernement du Québec contribue à la hauteur de 67,5 % pour le financement des universités. Ailleurs au Canada, la contribution des gouvernements provinciaux est de 53,1 %.
 Au Québec, les étudiants assurent 20 % des coûts de financement des universités par l’entremise des frais de scolarité. Ailleurs au Canada, la contribution des étudiants est de 36 %.
 En 2009-2010, les droits de scolarité étaient 3 fois moins élevés au Québec que dans les autres provinces canadiennes (1 968 dollars contre 5 935 dollars).
 Les entreprises du Québec ont versé, en 2009-2009, 248 millions de dollars à des universités d’ici pour le financement de la recherche, ce qui représente 9 % de l’ensemble des dépenses des universités québécoises au titre de la recherche et du développement. Pour l’ensemble du Canada, la contribution des entreprises est de 8,1 %.
Pour l’Aile jeunesse de la chambre de commerce de Lévis, il est clair qu’il faut assurer l’accessibilité aux études universitaires. Avec l’ajustement des prêts et bourses qui accompagne la hausse modérée des droits de scolarité, tout étudiant talentueux du Québec qui désire aller à l’université continuera d’y avoir accès.
Par ailleurs, Jean-Philippe Couture, président de l’Aile jeunesse de la chambre de commerce de Lévis, est d’avis que les universités doivent aussi faire preuve d’une gestion rigoureuse. Bien qu’un sous-financement des universités soit une réalité, les directions des établissements d’enseignement supérieur doivent faire leur possible pour éviter les dépenses inutiles et focaliser sur l’enseignement et la recherche.
La réseau des chambres de commerce a à coeur la réussite éducative et professionnelle des jeunes et est d’avis que les étudiants doivent eux aussi assumer une part raisonnable et équitable des coûts de l’enseignement supérieur.
À propos de la Chambre de commerce de Lévis
La Chambre de commerce de Lévis est le leader et le rassembleur de la communauté des affaires. Elle contribue activement au développement de sa région dans un esprit de concertation et cela, depuis 140 ans. La Chambre de commerce de Lévis, qui représente plus de 1100 gens d’affaires, a comme objectif principal de promouvoir et favoriser l'expansion de nos entreprises par la coordination des efforts de développement économique.
-30-
Source :
Jérôme Gaudreault
Directeur général
Tél. : 418-837-3411 # 226
Chambre de commerce de Lévis