UN BUDGET 2012 SOUS LE SIGNE DE L’HARMONISATION DES TAUX FONCIERS


Saint-Hyacinthe, le lundi 19 décembre 2011 – C’est au cours d’une séance extraordinaire tenue le 19 décembre 2011 que les membres du conseil municipal ont procédé à l’adoption du budget 2012 de la Ville de Saint-Hyacinthe, lequel totalise 81 800 000 $, soit une majoration de 5 300 000 $ par rapport au budget précédent.  Il s’agit là d’une hausse de 6.93 % soit la variation la plus importante des quatre dernières années, en raison du service de la dette qui augmente et du fait que nous avons accru nos dépenses d’investissement pour plus de 1 000 000 $.  Toutefois, si on exclut les frais de financement et les affectations au fonds des dépenses en immobilisations, on remarque que les dépenses de fonctionnement connaissent, quant à elles, une majoration de 4.36 %, ce qui se situe dans le même ordre de grandeur que ce qu’on a connu ces dernières années. 

 

Pourtant, au moment de préparer les prévisions budgétaires, il faut souligner que la Ville était confrontée à un taux d’inflation qui se situe à 2.9 % pour la période de septembre 2010 à octobre 2011, ce qui représente pas moins de 1 690 000 $ de dépenses additionnelles pour l’an prochain.  On doit également considérer l’augmentation de 1 % de la taxe de vente du Québec, qui entrera en vigueur le 1er janvier prochain et qui impose des coûts additionnels de l’ordre de 409 000 $, montant qui s’ajoute, de façon récurrente, aux coûts supplémentaires associés à une première hausse de la TVQ que nous avons enregistré au début de l’année 2011.

 

Si on considère, en plus, les coûts d’opération associés à l’entrée en vigueur du nouveau Centre aquatique Desjardins, qui entraîne des déboursés additionnels de 500 000 $  et qu’on prend en compte d’autres ajustements moins importants dans une multitude de postes budgétaires, on comprend rapidement d’où provient l’augmentation de 4.36 %.

 

Quant à l’augmentation du service de la dette qui est de l’ordre de 1 735 700 $, celle-ci est occasionnée par le financement des règlements d’emprunt 303, 321, 331 (prolongement du boulevard Casavant Ouest), 333 (Centre aquatique Desjardins) et 363 (plan de redressement du régime de retraite des employés municipaux).  Ces obligations financières, on le conçoit, sont évidemment liées à la réalisation de nombreux projets structurants.

 

 

Au même moment, le conseil municipal a choisi d’accroître ses investissements sur le territoire en utilisant la marge de manœuvre qui fut dégagée par le remboursement d’emprunts temporaires à la fin de l’exercice financier 2010, ce qui démontre sa préoccupation de faire en sorte que les infrastructures, bâtiments et équipements appartenant à la municipalité soient encore mieux entretenus et en meilleure condition.

 

En contrepartie de ces dépenses accrues, la municipalité bénéficiera, en 2012, de revenus additionnels provenant de l’accroissement de l’assiette fiscale de même que de l’augmentation des transferts gouvernementaux.  Cependant, l’élément-clé qu’on retiendra sans doute de ce budget 2012, demeure, certes, l’harmonisation complète des taux fonciers pour l’ensemble des contribuables maskoutains ce qui générera des recettes supplémentaires de 1 847 000 $.  Ainsi donc, pour la toute première fois depuis le regroupement municipal de 2001, l’ensemble des contribuables maskoutains contribueront au financement des services municipaux sur une même base et ce, en toute équité.

 

Malgré un contexte budgétaire qui imposait ses contraintes, la Ville de Saint-Hyacinthe aura quand même réussi à livrer un budget équilibré tout en intégrant de nouvelles préoccupations, notamment en matière environnementale, ce qui trouve rapidement écho chez les Maskoutains et les Maskoutaines. Toutefois, en dépit du taux d’inflation plus élevé, d’une seconde hausse de la TVQ, d’un service de dette qui augmente et d’un niveau d’investissement plus élevé, on aura réussi à limiter la hausse de la taxe foncière générale à 1.26 % soit 0,01 $ du 100 $ d’évaluation.  Ainsi donc, le nouveau taux foncier se situera pour 2012, à 0,80 $ du 100 $ d’évaluation et ce, faut-il le rappeler, pour l’ensemble du territoire.

 

Par ailleurs, pour ce qui est de la tarification associée à la fourniture de certains services la perspective est fort heureuse puisque la majorité des tarifs demeurent inchangés pour 2012 par rapport à 2011.  Seule la tarification pour la vidange d’une installation septique connaît une augmentation de 3 $, du fait que nous avions quelque peu sous-estimé leur nombre sur notre territoire, d’où un léger manque à gagner pour couvrir l’ensemble des coûts relatifs à ce service.  Rappelons que cette tarification fut imposée pour la première fois en 2011 aux immeubles non desservis par un réseau d’égout sanitaire. 

 

Bien qu’un certain nombre de propriétaires soient confrontés à une hausse importante de leur compte de taxes, en raison de l’harmonisation du taux foncier sur l’ensemble du territoire, il n’en demeure pas moins que, pour la très grande majorité, l’ensemble du compte de taxes 2012, ce qui inclut la tarification, connaîtra une majoration de 0,98 % par rapport à celui de 2011, ce qui est assez exceptionnel si on se compare à d’autres municipalités de la taille de Saint-Hyacinthe qui ont déjà annoncé leur taux de taxe pour l’an prochain.  Il n’est donc pas étonnant, qu’au moment de présenter le budget 2012 de sa municipalité, le maire Claude Bernier, se soit dit très satisfait de ses prévisions budgétaires qui, a-t-il rappelé « ont été préparé avec une rigueur renouvelée tout en gardant à l’esprit qu’une municipalité administre l’argent de ses contribuables et qu’elle doit le faire de façon responsable».

 

 

– 30 –

 

Source:            Direction générale

                        450 778-8303