Article du mois Sep , 2013

BILAN DU 10e RENDEZ-VOUS DES PAPILLES 25 000 VISITEURS EN TROIS JOURS

RDV Papilles 2013_Photo gâteau_François Larivière.jpg Photographe : François Larivière

Saint-Hyacinthe, le 24 septembre 2013 – Les 20, 21 et 22 septembre dernier, le centre-ville de Saint- Hyacinthe fut l’hôte de la centaine d’exposants provenant des quatre coins du Québec venus faire découvrir leurs produits à plus de 25 000 visiteurs à l’occasion du 10e Rendez-vous des papilles. « J’ai pu rencontrer des producteurs passionnés et vraiment formidables. J’ai aussi fait la rencontre des gourmands d’un peu partout, notamment de Repentigny, du Bas St-Laurent et même du Saguenay », déclare la porte-parole de l’édition 2013, Marie-Soleil Michon, qui n’a pas hésité à prendre part aux festivités entourant le 10e anniversaire.  
« Avec des exposants autour du Marché, mais aussi jusqu’au parc Casimir-Dessaulles, on sentait la fébrilité des visiteurs, se déplaçant d’un kiosque à l’autre, avides de découvrir de nouveaux produits, de rencontrer et d’échanger avec les producteurs sur place. Le Rendez-vous des papilles est vraiment un must pour les épicuriens et épicuriennes », ajoute Madame Michon.  
L’augmentation marquée du nombre d’exposants et l’intérêt des visiteurs confirment l’événement comme un rendez-vous annuel maintenant attendu entre producteurs et consommateurs. Cette grande fête des récoltes, entièrement à vocation agroalimentaire, mêle la gastronomie aux activités culturelles en lien avec la thématique agricole. Ces activités culturelles occupent par ailleurs une place de plus en plus importante dans la programmation avec, notamment, les artistes de la relève locale, les ateliers gourmands, ainsi qu’une dizaine de spectacles tout à fait gratuits.  
Fort de ce succès, le Rendez-vous des papilles attire un nombre croissant d’exposants qui voient en cet événement une vitrine incomparable pour faire la promotion de leurs produits et faire connaître au grand public l’immense richesse qu’offre le secteur agroalimentaire du terroir québécois. « Il est tout naturel de penser à Saint-Hyacinthe quand on parle d’agriculture, mais au Rendez-vous des papilles, les visiteurs repartent avec, en prime, une meilleure connaissance de notre culture locale et régionale», ajoute Monsieur Mario De Tilly, président d’honneur de la 10e édition.  
-30-  
Source : Division Communications et Relations publiques    Ville de Saint-Hyacinthe    Tél. : 450 778-8304

Est-ce que votre entreprise devra prendre sa retraite en même temps que vous ?

Le Mouvement Desjardins tiendra au cours de l'après-midi du 8 octobre prochain à Drummondville, un colloque sur le transfert d'entreprises sous le thème « Est-ce que votre entreprise devra prendre sa retraite en même temps que vous ? » Ouvert gratuitement aux entrepreneurs et intermédiaires de marché du Centre-du-Québec, ce colloque aura lieu au Best Western Plus Hôtel Universel. Il sera animé par Alain Samson, auteur de quatre livres sur le transfert d’entreprise, en plus d'être un entrepreneur qui a lui-même vécu un transfert familial.

Vous pouvez vous inscrire en ligne à cet événement qui devrait réunir quelque 200 participants. Parmi les présentations au programme, notons celles portant sur deux  entreprises de la région (Avjet de Drummondville et Can Lak de Daveluyville) ayant réalisé un transfert de propriété avec l'appui des experts de Desjardins Entreprises.  L'événement débutera à 13 h et se terminera vers 18 h.

 

Richard Lacasse
Conseiller

 

 

Relations de presse
Communications
Mouvement Desjardins

Lévis (siège social)

 

 

418 835-8444, poste 3163
1 866 835-8444, poste 3163
Télécopieur : 418 835-3809

 

 

 

 

Le précurseur oublié

Le Québec d’avant la Révolution tranquille n’était pas une société monolithique composée exclusivement de francophones et de catholiques. C’est sur ce préambule que Frank M. Guttman échafaude le portrait de Télésphore Damien-Bouchard, politicien libéral et anticlérical qui mise sur l’éducation, la santé et le soutien à l’industrie dès ses premiers pas en politique, jusqu’à l’apogée de sa carrière comme ministre d’Adélard Godbout, président d’Hydro-Québec et sénateur à Ottawa.  
Préfacé par Jean Chrétien, ce livre révèle les progrès étonnants induits par un homme intègre et convaincu en un temps qui a également connu son lot de corruption et de trafics d’influence. Néanmoins, ce politicien visionnaire n’a jamais cessé de croire que l’émancipation de la société passait par l’amélioration de la condition de la classe moyenne québécoise.  
Un essai éclairant qui réconcilie le Québec d’hier avec la société multiculturelle et laïque qu’il est devenu.  
Nous sommes restés (…) durant trop longtemps privés de l’inspiration de ce combattant qui a pourtant, lui, éloquemment montré à ses compatriotes ce que veut vraiment dire « être libre » et « se tenir debout ».   Jean Chrétien  
–  30 –  
Renseignements : Marianne Villeneuve, attachée de presse T  514 523-1523, poste 269, marianne.villeneuve@editionshurtubise.com

Commission sur les enjeux énergétiques du Québec – La MRC des Maskoutains réitère avec force la primauté de sa vocation agroalimentaire incompatible avec l’exploitation des shales gazifères

Saint-Hyacinthe, le 18 septembre 2013 — La réduction des gaz à effets de serre, l’utilisation des surplus d’électricité pour accentuer l’électrification des transports et développer l’industrie, l’appui à l’efficacité énergétique, la production des énergies renouvelables et l’exploitation des réserves d’hydrocarbures québécois en vue d’une indépendance énergétique, ce sont les cinq grands objectifs de la politique énergétique proposés par le gouvernement du Québec. Dans leur mémoire déposé à la Commission, les élus de la MRC des Maskoutains expriment un accord de principe avec ces objectifs et souhaitent contribuer à leur réalisation. Toutefois, ils réitèrent avec force que tout projet énergétique, quel qu’il soit, ne pourra concurrencer ou mettre en péril les activités premières de la MRC, la production agricole et l’industrie agroalimentaire.  
La MRC des Maskoutains est reconnue comme la capitale de l’agroalimentaire au Québec. Saint-Hyacinthe a un statut international de technopole en matière de production, de transformation, de formation et de recherche dans le domaine agroalimentaire depuis 1993. Elle est l’hôte de plus de 20 groupes de recherche en agroalimentaire, vétérinaire ou agroenvironnementale. Les revenus agricoles et agroalimentaires de la MRC représentent près de 20 % du revenu québécois dans ces secteurs. On y retrouve aujourd’hui 1 240 exploitations agricoles alors que cette activité régresse un peu partout au Québec. « La MRC est fière du développement des terres les plus fertiles du Québec au bénéfice de tous. Cette vocation ne doit jamais être remise en question par une politique gouvernementale, notamment par la politique énergétique, » a déclaré madame Francine Morin, préfet de la MRC.  
Pour les élus, il est clair que l’exploitation des shales gazifères est incompatible et inconciliable avec l’agriculture et le développement du secteur agroalimentaire. Par la multitude d’infrastructures qu’elle exige et par la technologie d’extraction utilisée, le développement de cette industrie ne peut par ailleurs se faire dans le respect des principes reconnus de développement durable. Elle compromettrait la qualité des eaux souterraines et engendrerait un ensemble de nuisances qui compromettraient de façon directe la qualité de vie des citoyens et citoyennes de la Grande région de Saint-Hyacinthe. Elle porterait aussi atteinte aux paysages identitaires de la MRC qui fait notamment partie du réseau Villes et villages d’art et de patrimoine (VVAP).  
Toutefois, la MRC des Maskoutains est consciente des enjeux énergétiques et a déjà posé des gestes concrets en vue de réduire la consommation d’énergie et maximiser l’utilisation des énergies renouvelables. En 2010, la MRC s’est également dotée d’une vision stratégique qui prend en considération les grandes composantes du développement durable et confirme la vocation agroalimentaire de la MRC. Ces principes guideront le schéma d’aménagement et les plans d’urbanisme municipaux. La Ville de Saint-Hyacinthe a été la première au Québec à se doter d’une usine de biométhanisation pour traiter les matières résiduelles et en récupérer le biogaz. Des exploitants agricoles sont également intéressés à mettre en place des projets pour récupérer le biogaz (méthane) du fumier et d'autres résidus agricoles afin de produire de l’électricité ou le transformer en gaz naturel. Plusieurs projets de transport collectif ont aussi été mis en place dans la MRC.  
En conclusion, le conseil des maires appuie le parti pris de la Commission pour la réduction des GES et l’efficacité énergétique. Le conseil est aussi ouvert à l’implantation de projets énergétiques sur son territoire. Toutefois, la poursuite et la pérennité du développement de son industrie agroalimentaire sont un prérequis non négociable. L’exploitation des shales gazifères est incompatible et irréconciliable avec la vocation agroalimentaire de la MRC des Maskoutains et ne sera acceptée sous aucune condition.  
Les maires croient également que, pour atteindre les objectifs ambitieux proposés à court et moyen terme et pour que le Québec devienne un leader en matière d’énergie verte, le gouvernement doit mettre en place des directives claires et donner un appui financier aux projets les plus prometteurs.          
– 30 –   
Source : MRC des Maskoutains   
Pour information :  Denyse Bégin, agente de communication Tél. : 450 774-3141

Le 9e Défi Emploi Drummond répond aux besoins des entreprises

Drummondville, le mardi 17 septembre 2013– Dans près d’une semaine, le 27 et 28 septembre prochain, l’ancienne usine Denim Swift sera l’hôte de l’un des plus importants événements de recrutement à Drummondville et au Centre-du-Québec. À ce jour, le comité organisateur est heureux d’annoncer que les objectifs reliés à l’événement sont atteints et même dépassés, les employeurs répondant très bien à l’appel. En effet, ce sont 55 employeurs qui ont confirmé leur présence et plus de 1000 emplois ont déjà été recensés. Qui plus est, la diversité des secteurs est exceptionnelle. C’est donc dire que l’événement répond bien à un besoin pour tous les secteurs d’activité présents dans la MRC de Drummond. À ce sujet, la SDED et Emploi-Québec sont très heureux d’annoncer ces résultats, eux qui, depuis le début, ont toujours été persuadés de les atteindre.

 

Précisons que 50 % des exposants représentent le milieu industriel. Les catégories d’emploi sur place seront les suivantes : métiers spécialisés, soutien administratif, informatique, administration, ingénieurs et spécialistes, santé, alimentation, éducation, superviseurs et contremaîtres, agriculture, vente et représentation, ainsi que manœuvres et journaliers. Selon Emploi-Québec, plusieurs de ces catégories d’emploi sont effectivement très demandées dans la région.    

 

Alex Bussière, commissaire à l’emploi et à l’immigration à la SDED, est ravi de ces bons résultats. « Il ne fait aucun doute que cette nouvelle édition du Défi Emploi Drummond viendra encore une fois faciliter les liens entre les chercheurs d’emploi et les entreprises de la MRC. Ce sera également une belle occasion pour les travailleurs des autres régions, représentant habituellement environ 25 % des visiteurs de l’événement, d’offrir leurs compétences aux entreprises d’ici », d’expliquer M. Bussière.

 

« Encore une fois, une campagne publicitaire d’envergure sera menée pour faire connaître cette opportunité qui s’offre aux candidats de rencontrer plusieurs employeurs d’un seul coup. Cette campagne publicitaire est l’équivalent d’une valeur de 60 000 $, soit un peu plus de la moitié du budget total de l’événement (100 000 $), auquel la SDED, Emploi-Québec, les entreprises de Drummondville et les commanditaires ont contribué. C’est ainsi que 120 000 foyers, dans un rayon de 90 kilomètres de Drummondville, ont reçu au cours des derniers jours ou recevront bientôt par la poste, un feuillet publicitaire du Défi Emploi. Ajoutons à cela des publicités dans les médias locaux, régionaux et nationaux, ainsi que de l’affichage sur l’autoroute 20. Grâce à cette campagne publicitaire, nous comptons bien accueillir 3 000 visiteurs les 27 et 28 septembre prochain », conclut pour sa part, M. Bussière.

 

Lucie Leroux, directrice du Centre local d’emploi de Drummondville, est certaine que les visiteurs répondront à l’appel en participant massivement à l’événement. « Par ailleurs, un de nos objectifs est de mettre tout en œuvre pour attirer le plus grand bassin de main-d’œuvre spécialisée possible, et ce, à la demande des employeurs présents au Défi Emploi. Emploi-Québec sera sur place afin d’offrir une multitude d’ateliers et de présentations d’entreprises, telles que SPG International, Sixpro, ADS Canada, Venmar Ventilation, Centre de santé et de services sociaux de Drummond, Groupe Soucy, SGT et Banque Scotia », mentionne Mme Leroux.

 

Banque de candidats en ligne

Les personnes en recherche d’emploi sont invitées à s’inscrire dans la banque de candidatures en ligne avant de se présenter au DÉFI EMPLOI DRUMOND. Cette banque sera accessible à tous les employeurs et ceux-ci pourront la consulter jusqu’à un mois après l’événement.

 

En posant leur candidature en ligne, les candidats recevront un numéro d’identification de même qu’un code QR imprimable qu’ils pourront remettre aux employeurs afin qu’ils accèdent directement à leur profil en ligne.

 

Par souci d’efficacité ou écologique, certains employeurs préféreront conserver le code QR ou le numéro d’identification pour télécharger le curriculum vitae, tandis que d’autres privilégieront le format papier. Nous conseillons donc aux candidats d’apporter aussi des copies de leur CV. Ajoutons qu’un service de photocopie sera offert gratuitement sur place.

 

L’organisation du DÉFI EMPLOI DRUMMOND conseille aussi aux candidats de s’inscrire sur le site de placement en ligne d’Emploi-Québec pour augmenter leurs chances de trouver un emploi.

La SDED et Emploi-Québec invitent les chercheurs d’emplois et les prochains visiteurs à consulter la liste des employeurs et des emplois offerts, sur le site internet du Défi Emploi Drummond (www.defiemploidrummond.com). Celui-ci sera régulièrement mis à jour, d’ici la mise en ligne du guide officiel des visiteurs, accessible quelques jours avant la tenue de l’évènement.

 

Rappelons que lecomité organisateur du Défi Emploi Drummond est constitué de représentants de la SDED (Alex Bussière, Philippe Bronsard-Lauzière et Francis Jutras) et d’Emploi-Québec (Sylvie Verville et Geneviève Beaudet) ainsi que des représentants des employeurs, soit M. Frédéric Ouellet, directeur des ressources humaines chez Transport Bourret, Mme Karine Demers, chef de service, ressources humaines chez Soucy International, Mme Geneviève De Grandmont, coordonnatrice aux ressources humaines chez PPD Solutions de Mousse inc. et M. Jean-François Equilbec, directeur des ressources humaines à la Ville de Drummondville.

 

– 30 –

 

Source :

Francis Jutras

Agent de communication

Société de développement économique de Drummondville (CLD Drummond)
819 477-5511, poste 212
f.jutras@sded-drummond.qc.ca

Le Centre de foires de Drummondville enfin Dévoilé!

Drummondville, le lundi 16 septembre 2013 – C’est en présence de nombreux invités que les travaux du futur Centre de foires de Drummondville ont été lancés, ce lundi matin, au 550 de la rue Saint-Amant. Sous la gestion de la Société de développement économique de Drummondville (SDED), ce projet majeur d’infrastructure économique, évalué à près de 30 M$, prévoit dynamiser le secteur du tourisme d’affaires et accueillir d’importantes retombées économiques évaluées à près de 10 M$ par année, et ce, seulement après 3 années d’exploitation. Le plan d’affaires fait d’ailleurs mention du soutien de 221 emplois lors de la construction, sans compter une vingtaine d’emplois directs par la suite. Selon l’échéancier, l’ouverture est prévue pour décembre 2014.

 

Survol technique

Localisé sur le site de l’ancienne exposition agricole, près des hôtels et restaurants, le Centre de foires aura une superficie de 138 640 pi² répartis sur 3 niveaux (sous-sol, RDC et étage)et possédera une salle d’exposition de 60 000 pi², divisible en trois salles de 20 000 pi². Chacune des salles sera accessible par le hall principal, dont celui-ci sera entièrement vitré et ouvert sur deux niveaux.

 

Au rez-de-chaussée, en plus de la salle d’exposition, on y retrouvera une salle à manger pouvant accueillir 250 personnes et une cuisine commerciale pouvant desservir des banquets de 3000 personnes, ce qui n’était pas encore possible au Centre-du-Québec. Afin de faciliter l’accueil de foires d’envergure, le secteur débarcadère comprendra 4 quais de déchargement, configurés de façon à permettre le montage et le démontage des expositions rapidement. De plus, la circulation de camions à l’intérieur des salles d’exposition sera possible afin de faciliter le transport et le montage d’éléments de présentation imposants, comme une maison modèle par exemple.

 

Le sous-sol, quant à lui, servira principalement de local technique, dont un tunnel, permettant la distribution des services requis aux exposants en tout temps (eau, électricité, fibre optique, téléphonie, Internet, etc.), et ce, pour une préparation de salles plus rapide et une plus grande flexibilité d’usage.

 

À l’étage, nous y retrouverons deux salles de réunions divisibles en trois, l’une pouvant accueillir 280 personnes et l’autre 140 personnes. Les bureaux administratifs ainsi qu’une cuisine d’appoint seront accessibles pour les traiteurs. Finalement, les visiteurs auront également accès à une terrasse extérieure pouvant accueillir 60 personnes, sous le principe d’une toiture verte, c’est-à-dire recouverte de végétation, contrairement à des matériaux couramment utilisés, comme les tuiles, le bois ou les tôles.

 

Fait intéressant, la configuration du Centre de foires et son implantation sur le site permettront l’ajout de 60 000 pi² de salles d’exposition supplémentaires advenant des besoins futurs et en fonction de la demande.Bien entendu, la possibilité de doubler la capacité d’espace disponible fait de ce projet une ébauche d’avenir idéal. De plus, la configuration du site extérieur permettra d’avoir plus de 1200 cases de stationnement.

 

 

 

 

 

 

Réactions des intervenants

En compagnie du ministre fédéral Denis Lebel, et du ministre provincial Yves-François Blanchet, la mairesse de Drummondville et présidente de la SDED, Francine Ruest Jutras, s’est jointe à Martin Dupont, directeur général, pour exprimer la fierté de voir enfin démarrer un projet majeur qui affectera de façon très significative tant le marché des expositions que celui du tourisme d’affaires.

 

« Il s’agit d’un projet de grande envergure qui a été marqué par une mobilisation et une adhésion remarquables de la part de notre milieu. L’ajout d’une infrastructure comme un centre de foires ouvre des perspectives de développement de premier plan pour notre ville et notre région », a déclaré Mme Francine Ruest Jutras.

 

Pour le directeur général de la SDED, Martin Dupont, le Centre de foires de Drummondville (CFD) sera le plus actuel de tous les centres de foires au Québec : « Ce bâtiment traduira le côté avant-gardiste de Drummondville en projetant une image à la fois actuelle et contemporaine tant à l’échelle locale que nationale.  Les concepteurs ont décidé de proposer une architecture évolutive au fil des heures, un bâtiment largement vitré laissant transparaître les activités et le dynamisme des lieux dont la fenestration, de différentes opacités, permettra de filtrer la lumière naturelle. »

 

Rappelons que le financement fédéral et provincial provient du volet Grands projets du Fonds Chantiers Canada qui vise à financer l’infrastructure publique ayant un impact national ou régional. La contribution maximale des gouvernements du Canada et du Québec s’élève à 6,59 millions de dollars chacun, représentant une aide conjointe Canada-Québec d’un peu plus de 13 millions de dollars accordée à la Société de développement économique de Drummondville pour la réalisation de ce projet.

 

Les travaux de construction permettant la réalisation du Centre de foires de Drummondville (CFD) seront sous la supervision du gérant de construction Decarel, tandis que le mandat d’architecture a été octroyé au Consortium BCM² Architectes (Côté Chabot Morel Architectes et Bilodeau Baril Architectes) et celui d’ingénierie au Consortium SMI-EXP.

 

— 30 —

 

Source :

Francis Jutras

Responsable des communications

Société de développement économique de Drummondville (SDED)

f.jutras@sded-drummond.qc.ca

www.sded-drummond.qc.ca

M. Pierre-Luc Desgagné informera sur le véhicule électrique, une nouvelle façon de faire le plein!

(Drummondville – Le 12 septembre 2013) Les véhicules électriques entrent progressivement sur le marché et constituent une solution écologique et profitable pour le Québec, puisque l’électricité nécessaire provient de sources renouvelables et que ce carburant propre est produit chez nous. Dans le cadre d’un déjeuner d’information, la Chambre de commerce et d’industrie de Drummond recevra, à l’Hôtel & Suites Le Dauphin, le mercredi, 25 septembre prochain, un conférencier-invité, M. Pierre-Luc Desgagné, vice-président aux Affaires publiques et gouvernementales chez Hydro-Québec qui fera le point sur l’évolution de l’électrification des transports.

 

M. Desgagné possède une formation en droit et œuvre au sein d’Hydro-Québec depuis plus d’une dizaine d’années. La conférence qu’il animera va permettre aux participants de se familiariser avec les tendances d’un marché qui se développe rapidement et de connaître les orientations d’Hydro-Québec et de ses partenaires.

 

Depuis plusieurs années, Hydro-Québec joue un rôle actif dans le développement de l’électromobilité : projets de démonstration, conception de bornes de recharge des véhicules, mobilité urbaine. Plusieurs projets et technologies se trouvent d’ailleurs au cœur de la compétitivité d’entreprises québécoises œuvrant dans ce secteur en croissance.

 

L’innovation technologie joue un rôle fondamental chez Hydro-Québec qui investi chaque année plus de 100 millions de dollars dans des projets de recherche pour améliorer sa performance et l’efficacité des énergies renouvelantes émergentes. La société d’état possède tous les aouts pour contribuer aux développements de la mobilité électrique.

 

Pour en savoir plus, la Chambre de commerce et d’industrie de Drummond vous invite à prendre part à ce déjeuner d’information qui aura lieu le mercredi, 25 septembre prochain dès 7 h 30 à l’Hôtel & Suites Le Dauphin, au coût de 25 $ pour les membres et de 35 $ pour les non-membres. Pour plus d’informations ou pour vous inscrire à cette activité, visitez le site de la CCID au www.ccid.qc.ca ou contactez-nous au 819-477-7822. Bienvenue à tous !

 

 

—30—

 

p.j. Image : Le véhicule électrique et les conducteurs québécois : une nouvelle façon de faire le plein!

 

Source :

Julie Thomassin

Chargée de projets

Chambre de commerce et d’industrie de Drummond

Téléphone :                 819 477-7822

Adresse courriel :       jthomassin@ccid.qc.ca

Site internet :              www.ccid.qc.ca

La 5e édition de la Randonnée pédestre marquera le retrait de la famille Labonté-Boisvert et l’arrivée de Boire & Frères inc.

 

 

Drummondville, le lundi 9 septembre  2013– La 5e édition de la grande Randonnée Pédestre de la Famille Labonté-Boisvert, qui se tiendra le 28 septembre prochain, marquera un moment important dans l’histoire de l’activité, tenue depuis ses débuts au profit de la Fondation René-Verrier et de son service de soins palliatifs.

 

On se souviendra que l’activité, organisée pour la première fois à l’hiver 2010, avait connu des débuts humbles avec la participation d’une trentaine de marcheurs. Aujourd’hui arrivée à maturité, c’est entre 350 à 450 personnes qui sont attendues pour ce défi de 21 km à pieds sur les routes de l’Avenir, représentant au final une grande marche de 4 à 5 heures.

 

Partenariat avec l’entreprise Boire & Frères inc.

Alors que Boire & Frères inc. contribuera généreusement à la construction de la Maison René-Verrier, l’entreprise s’est également engagée à verser une contribution supplémentaire sur 5 ans afin de devenir le parrain officiel de la Randonnée Pédestre de la Famille Labonté-Boisvert. « Notre père et toute notre famille avons travaillé très fort pour bâtir cette entreprise qui engage aujourd’hui plus de 450 employés. C’est l’aspect familial de cette activité qui nous a encouragés dans la décision et le fait que la famille Labonté-Boisvert soit si passionnée par cette cause qu’ils défendent bénévolement depuis 5 ans. Nous souhaitons ardemment que la collaboration qui s’instaure ici avec la Fondation puisse inspirer nos employés, nos fournisseurs et les gens de chez nous à prendre une part active à nos côtés dans cette aventure en participant eux aussi à la Randonnée Pédestre à la fin du mois. L’invitation est donc lancée! » a déclaré monsieur Denis Boire, vice-président de Boire & Frères inc.  

 

Chant du cygne de Jacinthe Boisvert et Jeannine Labonté

Du côté des deux organisatrices, c’est le sentiment du devoir accompli qui les pousse à tirer leur révérence. « Au départ, nous ne pensions faire qu’une seule édition! Finalement, la passion, la complicité avec l’équipe de la Fondation et l’encouragement des participants nous ont poussées à continuer. Aujourd’hui nous sommes à la croisée des chemins et à la fin de cette 5e édition, nous remettrons les clés de l’activité à la Fondation en souhaitant qu’elle se poursuivre mais nous n’en serons plus responsables. Si nous atteignons notre objectif de 55 555$ cette année, la Rando aura permis à notre famille de remettre plus de 110 000 $ à la Fondation René-Verrier. Nous sommes également très fières de voir que grâce à notre activité, un partenariat majeur à long terme avec Boire & Frères inc. a pu être développé, c’est signe que nous avons bien travaillé! » ont exprimé les deux complices bénévoles et organisatrices de la rando, Jeannine Labonté et Jacinthe Boisvert.

 

C’est donc une importante date que le samedi 28 septembre prochain où toute la population, sportifs, randonneurs et familles sont conviés à se réunir pour la Randonnée Pédestre de la Famille Labonté-Boisvert, parrainée par Boire & Frères inc. Il est à noter que le coût de l’activité est fixé à 35$/ personne comprenant un repas chaud à la fin de la randonnée. Le parcours de 21 km prévoit plusieurs haltes de ravitaillement où des amis et des membres de la famille Labonté-Boisvert accueillent les participants chez eux alors que des navettes de raccompagnement sillonnent le trajet pour les personnes désirant interrompre leur randonnée. D’ici là, des billets de tirage sont également à vendre au coût de 20$ / livret  pour gagner notamment une croisière offerte par Voyage Louise Drouin. Le tirage sera effectué pendant le dîner qui suivra la longue randonnée pédestre.

 

« C’est une activité qui propose un véritable défi, un dépassement de soi dans plusieurs cas. On voit des familles, des joggeurs, des petits, des grands, tout le monde avec le sourire! Ils le font pour quelqu’un qui se bat actuellement contre le cancer ou encore en mémoire d’un être cher ou simplement pour le défi sportif. C’est réellement une belle activité et en plus, le paysage est magnifique! C’est une journée riche en émotions à la fin de laquelle on a le sentiment d’avoir participé à quelque chose de grand.» ont précisé les organisatrices.

 

Les inscriptions se font directement en ligne au www.fondationreneverrier.com ou encore au bureau de l’organisme, au 235, rue Heriot à Drummondville.

 

–       30   –

 

Source et relation avec la presse:

Marie-Julie Tschiember, directrice générale

mjtdg@fondationreneverrier.com,  819.477.3044

La SDED organise une mission de recrutement en France

Drummondville, le vendredi 6 septembre 2013 –Du 26 novembre au 2 décembre se teindra la prochaine mission de recrutement à Paris organisée par la Société de développement économique de Drummondville (SDED), en collaboration avec le ministère de l’Immigration et des Communautés culturelles du Québec (MICCQ). Tous les employeurs de la MRC de Drummond sont invités à contacter la SDED afin d’établir une stratégie de recrutement adaptée à leurs besoins, sans avoir besoin de connaître les démarches d’immigration pour y recruter.

 

Cette mission de recrutement intitulée Journées Québec n’est pas spécifiquement destinée au recrutement de postes hautement qualifiés, car peu importe le domaine d’expertise de l’entreprise, tous les secteurs d'activité y sont représentés. À titre d’exemple, la SDED y a déjà recruté des tôliers et des soudeurs, autant que des chimistes ou des ingénieurs. Après avoir participé à six missions de recrutement s’étant tenues principalement en France, en Belgique et en Espagne, la SDED est convaincue du succès de ces démarches et souhaite que les entreprises d’ici puissent bénéficier de L’Entente sur la reconnaissance des qualifications professionnelles entre le Québec et la France.

 

Plusieurs options de participation sont offertes aux entreprises, il est soit possible de se joindre à la mission et aller recruter en personne en France à peu de frais, ou encore, de mandater la SDED pour y recruter les candidats aux profils recherchés. L’automne dernier, lors de la dernière mission, 65 entreprises de la MRC de Drummond et du reste du Québec étaient réunies à l’occasion des Journées Québec. Nul doute, cet événement est rapidement devenu un incontournable pour les Européens en processus d’immigration pour le Québec. En participant à cet événement, ces travailleurs expérimentés se donnent toutes les chances d’arriver au Québec avec un emploi dans un délai relativement court. Il s’agit d’une solution gagnante pour ces immigrants qualifiés, tout comme pour les employeurs participants.

 

La SDED insiste, nul besoin pour l’employeur de connaître les démarches d’immigration, car tout est prévu pour faciliter le processus aux employeurs/candidats : la présélection, l’encadrement pour l’immigration et même l’accueil. La SDED s’engage également à accompagner les candidats sélectionnés et leurs familles dans leur processus d’immigration et à s’occuper de l’accueil dans les moindres détails. En participant aux Journées Québec, le recrutement à l’international devient une solution envisageable et accessible aux petites comme aux grandes entreprises.

 

La SDED connaît les rouages du recrutement à l’international et les étapes d’immigration permettant d’accompagner professionnellement les employeurs de la région dans cette mission. Inscrivez-vous rapidement en composant le 819 477-5511

— 30 —

 

Source :

Francis Jutras

Responsable des communications

Société de développement économique de Drummondville (SDED)

f.jutras@sded-drummond.qc.ca

www.sded-drummond.qc.ca

La Chambre de commerce de Lévis fait sa Rentrée 2013-2014 !!!

(Lévis, le 4 septembre 2013) – C’est devant un parterre de plus de 200 personnes du milieu des affaires que la Chambre de commerce de Lévis (CCL) a présenté, à l’occasion de son Assemblée générale annuelle, le rapport d’activités de l’année 2012-2013 et a dévoilé sa nouvelle programmation d’activités. Elle a également procédé à l’élection du conseil d’administration, qui sera présidé cette année par Monsieur Jean-Philippe Grondin, président directeur général de Btel et co-propriétaire d’Avantage auto / Bleu Pélican.   Une année axée sur le développement Après une année 2011-2012 axée sur la croissance, à la fois en termes de participation, de membership et de profitabilité, la Chambre de commerce de Lévis a continué sa progression en 2012- 2013, lui permettant ainsi de concentrer d’importantes énergies sur de nouveaux projets.  
Dès le mois de septembre 2012, nous avons travaillé à lancer le projet Priorité Lévis, qui vise à promouvoir l’achat local à Lévis. Ce projet a démarré dans les dernières semaines et dès maintenant, il est possible pour les consommateurs de profiter de remises en argent lors de leurs achats dans les commerces lévisiens avec leur carte Priorité Lévis. À l’heure actuelle, 36 commerces ont confirmé leur adhésion et plusieurs autres s’y joindront dans les prochaines semaines.   
La dernière année a également vu le Programme Prêt à entreprendre démarrer ses activités. La gestion de l’enveloppe régionale Chaudière-Appalaches de ce programme a été confiée à la CCL l’an dernier. Celui-ci vise à octroyer un prêt d’honneur, sans intérêt et sans garantie, à un entrepreneur de la relève. Cette année, un entrepreneur a reçu un appui financier de 30 000 $. Il s’agit de Bastien Larouche de l’entreprise Ro-Bois-Tic située à St-Apollinaire.    De surcroît, plusieurs enjeux ont retenu plus particulièrement notre attention, dont plusieurs hautement médiatisés. À ce titre, nous soulignons tous les enjeux de nature énergétique. La CCL s’est d’ailleurs prononcée à propos du renversement de la Ligne 9 d’Enbridge et la construction d’un nouveau pipeline pour acheminer du pétrole dans l’est canadien. La CCL est également intervenue sur la question de la relance de la Davie et sur les enjeux de main-d’œuvre. « Malgré notre confortable situation économique, si l’on se compare à l’ensemble du Québec, les entrepreneurs d’ici font face à une multitude de défis et la Chambre de commerce de Lévis a le devoir de s’y intéresser et de faire valoir leur point de vue » a déclaré le président sortant de la CCL, Jean-Philippe Grondin.
 

 

 

Photo : Jérôme Jolicoeur, le nouveau président

Une Chambre en bonne santé

En termes un peu plus organisationnels, la Chambre a poursuivi sa croissance en 2012-2013.   
Le nombre de membres délégués de la Chambre s’est accru de 3 % dans la dernière année pour s’établir à 1212 au 30 juin dernier. Par contre, le nombre d’entreprises membres a connu une progression significative de 13 % en passant de 598 à 677. « Il y a 5 ans, j’ai participé à l’élaboration de notre comité recrutement qui vise à augmenter et à intégrer les nouveaux membres. Nous avons connu une augmentation de près de 50% des entreprises membres de la Chambre depuis cette période avec de nombreuses campagnes et activités ciblées » a spécifié Jean-Philippe Grondin.   Un nouveau président La Chambre de commerce de Lévis a profité de l’occasion pour annoncer la nomination de Jérôme Jolicoeur à titre de président pour l’année 2013-2014. M. Jolicoeur est directeur du développement et des affaires juridiques du Groupe commercial AMT. Il est membre du conseil d’administration de la Chambre depuis 2011 et il a été impliqué dans plusieurs comités au sein de la Chambre.    Pour l’année 2013-14, M. Jolicoeur se donne comme objectif de poursuivre le positionnement de la CCL dans les enjeux qui concernent de près les gens d’affaires. À cet effet, la campagne électorale municipale constituera une opportunité de mettre de l’avant plusieurs dossiers.   
« Nous discuterons notamment du renversement de la ligne 9 de l’oléoduc reliant Sarnia à Montréal, projet pour lequel nous sommes fortement en faveur, notamment afin de garantir la présence de Valéro (Ultramar) sur le territoire de Lévis pour encore plusieurs années. Nous participerons d’ailleurs aux deux processus de consultation gouvernementaux (fédéral-provincial) prévus au cours de l’automne » a avancé Jérôme Jolicoeur.   
La CCL a également l’intention de remettre de l’avant l’enjeu d’un troisième lien routier entre les deux rives. La Chambre s’est déjà positionnée à cet effet dans les dernières années et nous constatons un accroissement des appuis en faveur de ce projet dans la région. La Chambre a l’intention de mettre en place un groupe de travail visant à demander la réalisation d’une nouvelle étude pour évaluer le potentiel de construction d’une troisième voie de transit entre Québec et Lévis avant que la construction d’un nouveau pont à l’Ile d’Orléans ne soit concrétisée.  
« Depuis mon arrivée en 2010 dans l’entreprise familiale, je suis rapidement tombé en amour avec Lévis et sa communauté d’affaires hyper dynamique et très liée. C’est pourquoi j’ai joint les rangs de la Chambre de commerce dès mon arrivée sur le territoire de Lévis, celle-ci agissant comme plaque tournante économique dans la région. C’est dans cet esprit que j’entends réaliser mon mandat » a conclu Jérôme Jolicoeur.  
  Embargo jusqu’au mercredi  4 septembre 2013, 17 h 00.
Le nouveau conseil d’administration Jérôme Jolicoeur a de plus présenté les membres du conseil d’administration de la Chambre pour l’année 2013-2014.   
 Président du Conseil, M. Jean-Philippe Grondin, président directeur général de Btel et co- propriétaire d’Avantage Auto Bleu Pélican,  1er Vice-président, M. Jérôme Ratté, architecte, St-Gelais, Montminy et associés architectes,  Vice-président, M. Michel Lambert, vice-président développement des affaires et créativité chez Tangram Stratégies,  Vice-président, M. Martin Pellerin, ingénieur chez Génivar,  Vice-présidente, Mme. Karine Laflamme, de Novicom Technologies,  Trésorière, Mme. Magalie Lebel-Lemire, directrice principale de Raymond Chabot Grant Thornton,  Secrétaire, Mme Lisa Fournier, avocate chez KSA société d’avocats,  M. David Boucher-Plourde, de la Banque Nationale Groupe financier,  Mme. Caroline Boilard, de Construction Maurice Bilodeau,  Mme. Renée Coulombe, de la Caisse populaire Desjardins de Lévis,  M. Gaston Déry, de Gaston Déry inc.,  M. Martin Durand, du CFE Desjardins Lévis-Lotbinière-Bellechasse,  M. Charles-François Morency, de CFC Dolmen,  Me Jean-François Nolet, de Gosselin Lagueux Roy notaires,  M. Serge Raymond, de Lemieux Assurances,  M. Gilles Tardif, des Industries T.A.G. Rive-Sud,  M. Marc-André Thibault, de Lemieux Nolet comptables agréés S.E.N.C.R.L.,  M. Robin Truchon, de Quéro Métal,  Mme. Éliane Trudel, du Groupe Perspective,  M. Simon Valin, de Valin Confection et président de l’Aile jeunesse de la CCL.    
-30-   
Source :  Jérôme Gaudreault  Directeur général   Chambre de commerce de Lévis Téléphone : 418.837.3411 # 226 Cellulaire : 418.261.3656