Drummondville

Une page d’histoire se tourne pour le fondateur de Pétro-T, Monsieur Léo-Paul Therrien

Drummondville, Québec, 14 janvier 2016 : M. Léo-Paul Therrien, fondateur de Pétro-T, a communiqué avoir procédé à la vente de ses actifs aujourd’hui même afin d’assurer sa relève et de permettre à son entreprise de continuer de grandir. Comme il le mentionne : « après toutes ces années à la tête de l’entreprise que j’ai fondée et de transactions nombreuses, je crois qu’il est sage de passer les commandes de les Pétroles Therrien à un autre groupe soit, Harnois Groupe pétrolier ».
Il souligne un critère important pour lui, à savoir que les activités de Pétro-T se poursuivent avec le personnel en place et ce, à partir de Drummondville. Ainsi, M. Therrien poursuit « mon choix m’a dirigé vers une compagnie qui en est à sa deuxième génération de dirigeants et ayant une forte expérience dans le même secteur commercial».

À propos du fondateur de Pétro-T, M. Léo-Paul Therrien
Léo-Paul Therrien est pour plusieurs une source d’inspiration et de dépassement personnel à qui il inculque le goût de la réussite. Il est le stratège, le visionnaire, le perfectionniste et est celui qui s’investit personnellement depuis toujours dans l’atteinte de ses objectifs. En plus de son engagement total envers ses clients et ses employés, il est doté d’un sixième sens pour les affaires.
M. Therrien est l’homme de convictions entièrement dédié à ses objectifs. C’est notamment grâce à sa vision et à sa détermination que Pétro-T est devenue l’une des plus importantes pétrolières indépendantes privée au Québec.

M. Léo-Paul Therrien depuis ses débuts…
À peine un an et demi après son arrivée dans le domaine pétrolier, il a fait l’acquisition d’un camion et d’une clientèle de consommateurs d’huile à chauffage. Il était alors le seul vendeur et le seul livreur de son entreprise L.P. Therrien Huile à chauffage. Ce n’est que quelques années plus tard qu’il a commencé à diversifier les produits et services offerts comme il l’a toujours fait depuis 50 ans !
Il a eu de très bonnes négociations avec ses fournisseurs et ses concurrents dès ses débuts afin de bâtir cette belle entreprise qu’est Pétro-T. En plus d’avoir acquis des commerces de Shell Canada et d’Ultramar Canada dans les villes de Victoriaville, Princeville et Warwick, il a également acheté et fondé plusieurs autres compagnies en rapport avec les produits pétroliers telles que :
Les Pétroles Drummond – compagnie d’huile à chauffage;
Distributions pétrolières Therrien – pour les stations Esso;
Une compagnie de transport;
Une compagnie pour commercialiser des carburants pour l’aviation;
Avicentre : une compagnie qui offre des services à l’aviation générale aux aéroports.
Norcan : une compagnie d’importation de produits pétroliers raffinés dont le dépôt de produits pétroliers est situé sur la rue Notre-Dame Est à Montréal.
Quali-T : compagnie pour opérer des dépanneurs.
Et une compagnie pour opérer des restaurants tels que Valentine, A&W et Subway, pour ne nommer que celles-ci.
De plus, M. Therrien a eu des bureaux d’affaires à Notre-Dame-du-Bon-Conseil, à Drummondville, à St-Charles, à Victoriaville, à Québec et à Montréal.
Au dire de M. Therrien : « ma philosophie a toujours été le fait qu’en affaire, comme dans la vie, tout ce qui mérite d’être fait, mérite d’être bien fait.» Il affirme qu’un autre élément relié à la réussite, est de savoir bien s’entourer. « Pétro-T est devenue ce qu’elle est aujourd’hui également grâce à la contribution des employés qui partagent ma vision de l’excellence et qui m’ont incité à toujours relever de nouveaux défis.

Léo-Paul Therrien remercie tous ses agents et ses détaillants propriétaires franchisés de Pétro-T.
Ce qui l’a toujours guidé est l’excellence du service. « Je tiens à exprimer toute ma gratitude à mes clients qui ont eu accès à mes produits et services dans mes diverses entreprises et à leur témoigner ma reconnaissance pour leur fidélité et leur confiance ».
M. Therrien se dit fier de ses 50 ans d’histoire et de défis relevés et il n’envisage pas une retraite immédiate. Il poursuivra ses activités philanthropiques, immobilières et financières. Il est important de mentionner qu’il vient tout juste de faire l’acquisition de plusieurs terrains résidentiels dans la région de Drummondville. Il lui fera encore plaisir de servir la population de Drummondville et de la province dans le secteur résidentiel et commercial.
Il faut aussi ajouter sa grande générosité. Depuis toujours, M. Therrien a encouragé de nombreuses causes à travers la province de Québec. Soulignons notamment la Ville de Drummondville dans plusieurs activités soit les Jeux du Québec, le 200e de Drummondville, la Maison des arts Desjardins, l’Hôpital Sainte-Croix (salle d’oncologie et le Centre famille-enfant), la Fondation médicale Jean-Pierre Despins, la Fondation de la Tablée populaire, les P’tites boîtes à lunch, le Cégep de Drummondville, le Campus universitaire de l’UQTR à Drummondville, le Collège St-Bernard et de plus, plusieurs jeunes qui ont bénéficié de sa générosité financière pour leur formation académique et encore plusieurs autres…
Mentionnons que Léo-Paul Therrien tient à remercier sincèrement tous ses clients qui l’ont appuyé tout au long de sa carrière.

Léo-Paul Therrien

Pour informations : Geneviève Biron
gbiron@bironcommunications.com
819.473.0828

 

M. Alain Côté annonce son départ de la CCID

calendrier lundi, 11 janvier 2016

M. Alain Côté annonce son départ de la CCID

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

(Drummondville – 11 janvier 2016) Arrivé en poste en octobre 2006, Alain Côté, directeur général de la Chambre de commerce et d’industrie de Drummond (CCID), annonce qu’il quittera ses fonctions à la fin du mois de mars prochain. M. Côté a été le 24e directeur général de la CCID et le 2e à avoir fait le plus long mandat après M. Jacques Mathieu qui a cumulé 16 ans à ce poste de 1987 à 2003. C’est Mme Johanne Marceau et M. Robert Pelletier, respectivement présidente sortante et président de la CCID, qui l’ont embauché en octobre 2006. M. Côté tiens à leur dire aujourd’hui, que cet emploi a été l’un des plus beaux cadeaux de sa vie professionnelle et comme il le souligne aujourd’hui, de fin de carrière : « J’ai vraiment eu beaucoup de plaisir à faire ce travail. Au fil des années, je me suis entouré de personnes extraordinaires et fort compétentes qui ont permis à la Chambre de commerce et d’industrie de Drummond de devenir une des Chambres de commerce les plus performantes au Québec en plus d’être citée de nombreuses fois en exemple un peu partout à travers le Québec pour ses réalisations. »

M. Côté mentionne qu’il entamera bientôt sa « retraite d’un travail régulier au quotidien », mais qu’il continuera à s’impliquer à l’intérieur de certains conseils d’administration comme il le fait actuellement à titre bénévole et à œuvrer auprès d’organismes qui permettent à Drummondville de rayonner à travers le Québec. « Je suis un Drummondvillois de naissance, j’adore Drummondville et je vais continuer à être un acteur de son développement sous toutes ses formes », de dire Alain Côté, en spécifiant qu’il demeure même ouvert à accepter certains mandats qui pourraient lui être proposés. Après le 31 mars, date officielle de fin d’emploi de M. Côté à titre de directeur général, ce dernier demeurera disponible et à l’emploi de la Chambre si nécessaire pour assurer la bonne marche des opérations et une saine transition des dossiers en cours.

Les voyages « sac à dos » font aussi partie des beaux cadeaux que la vie lui a permis de découvrir et d’apprivoiser. « C’est certain que je vais m’en taper quelques-uns au cours de la prochaine année et des années à venir, si la santé me le permet », mentionne le directeur général de la CCID. « Comme je suis intellectuellement curieux, je veux aussi retourner sur les bancs d’école et suivre sur une base régulière, des cours offerts par l’Université du 3e âge, de l’Université de Sherbrooke. L’actualité internationale m’intéresse énormément », de conclure M. Côté.

Ce dernier stipule que c’est une autre étape de vie qui commencera dans quelques mois et qu’il a bien l’intention d’assumer à sa manière cette autre étape et de la savourer au maximum. « Je suis à l’aube de mes 65 ans et c’est l’âge parfait pour commencer en force, mais de façon différente, cette 65e année de ma vie. Je suis un épicurien de la vie », d’affirmer avec un sourire le directeur général de la CCID.

À noter que tous les détails concernant le processus de remplacement seront communiqués sous peu. Pour toutes questions, veuillez communiquer avec Julie Thomassin, coordonnatrice aux communications marketing.


À propos de la CCID

La chambre de commerce et d’industrie de Drummond est vouée à l’essor d’une économie solide, viable et durable favorisant le mieux-être des membres de sa collectivité. Par ses prises de position, la chambre défend les intérêts collectifs de la ville de Drummondville et de la MRC de Drummond et joue un rôle dynamique de concertation pour faire progresser les dossiers prioritaires liés à la croissance économique et à l’amélioration de la qualité de vie en région. Elle est au service de ses membres, qui sont plus de 1 300 réparties dans plus 600 entreprises et leur permet de consolider leur réseau de contacts et de s’exprimer sur diverses tribunes.

—30—

Renseignements :

Julie Thomassin

Coordonnatrice aux communications marketing

Chambre de commerce et d’industrie de Drummond

819-477-7822, poste 224

jthomassin@ccid.qc.ca

La MRC de Drummond obtient de nouveau la plus haute distinction du programme ICI ON RECYCLE!

Lors d'une cérémonie tenue récemment, la MRC de Drummond s'est vu confirmer la plus haute distinction du programme ICI ON RECYCLE!, soit l'attestation Performance, échelon Or, pour son siège administratif situé à Drummondville. Il s'agit d'une reconnaissance officielle du gouvernement du Québec, instaurée par RECYC-QUÉBEC afin de souligner les efforts remarquables des industries, des commerces et des institutions (ICI) qui ont implanté, dans leur établissement, des mesures permettant la gestion responsable de leurs matières résiduelles.
 
L'attestation Performance est remise aux ICI qui atteignent un taux élevé de mise en valeur de leurs matières résiduelles, en plus d'avoir réalisé des activités d'information et de sensibilisation auprès de leurs employés et d'avoir mis en place des mesures de réduction à la source et de réemploi. Au siège administratif de la MRC, le taux global de mise en valeur des matières résiduelles générées dépasse 90 %.
 

Sur la photo, dans l'ordre habituel, madame Christine Labelle, directrice générale de la MRC de Drummond, madame Anick Verville, responsable du Plan de gestion des matières résiduelles de la MRC, et monsieur Dany Michaud, président-directeur général de RECYC-QUÉBEC. (photo : Exposeimage)

Allume une étoile & contribue à la lutte contre le cancer !  

Le 11 décembre 2015 – Une toute nouvelle campagne vient d’être lancée pour contribuer à la lutte contre le cancer : Allume une étoile.com qui vise à sensibiliser et recueillir des fonds pour Société canadienne du cancer (SCC). Cette initiative d’ALPHA Assurances et de ses partenaires se déroule entièrement sur le Web par la diffusion d’une vidéo de sensibilisation dirigeant vers la page www.allumeuneetoile.com, où le public est invité à poser des gestes concrets pour soutenir un proche qui lutte contre le cancer ou rendre hommage à un disparu, ainsi que faire un don pour soutenir la recherche sur le cancer et les activités de la SCC.

Une vidéo et un message d’amour  
 Une vidéo a été réalisée par ALPHA Assurances et Synaptik Média lors d’un événement-bénéfice de la SCC. À cette occasion, les participantes du Mardi de filles de Drummondville ont été invitées à entrer dans la Boîte à amour pour témoigner du rôle important que chacun peut avoir afin de soutenir un proche qui lutte contre la maladie, grâce notamment à nos gestes d’affection et des mots d’amour. «Dites-leur que vous les aimez, ça va leur faire un bien énorme !» mentionne la participante Danielle Tremblay, aidante naturelle. La vidéo peut être visionnée entre autres sur les pages Facebook d’ALPHA Assurances et de la SCC.

Des gestes concrets pour aider et se faire du bien
Misant sur cette thématique de témoigner de l’amour à nos proches, la page Web www.allumeuneetoile.com invite les gens à envoyer une carte virtuelle avec des mots de soutien à un proche qui lutte contre le cancer. Pour ceux qui nous ont malheureusement quittés, la page propose d’allumer une étoile en leur honneur. Il est possible de voir tous les témoignages laissés sur la page et un beau ciel étoilé rend hommage à leur lutte acharnée contre le cancer. Des dons peuvent aussi être faits en ligne et 100% de l’argent récolté sera remis à la SCC.

Une initiative porteuse d’espoir
En plus de ses activités bénéfices annuelles, la Société canadienne du cancer compte ainsi sur des initiatives de partenaires du milieu des affaires pour contribuer de façon complémentaire à ses objectifs de financement. « Un grand merci à ALPHA Assurances et à ses partenaires : Synaptik Média, Acolyte et Le Saint. L’initiative Allume une étoile permet de donner de l'espoir et de la force à tous ceux et celles qui sont touchées par le cancer. Les dons recueillis permettront à la SCC de sauver plus de vies et de continuer à faire une différence dans la vie de milliers de Québécois », déclare Annie Jean, directrice du bureau régional du Centre-du-Québec de la SCC.
        
«Nous avons tous autour de nous des gens qui luttent ou ont lutté contre le cancer. Nous avons voulu offrir à la Société canadienne du cancer un outil pour rejoindre les gens autrement, et l’idée de la vidéo et de la campagne Web s’est imposée à nous ! Elle peut vivre dans le temps, rejoindre les gens directement à la maison via les réseaux sociaux et leur offrir de contribuer concrètement, par un don bien sûr, mais aussi par leurs actions qui font du bien. Nous avons lancé une invitation à des partenaires qui ont généreusement accepté d’embarquer dans l’aventure avec nous, parce que c’est une cause qui nous touche tous profondément.» mentionne Geneviève Verrier, présidente directrice générale d’ALPHA Assurances.

« Envoyez un message d’amour à une personne qui lutte contre le cancer ou allumez une étoile pour une personne chère qui est disparue. Soyez une étoile pour vos proches !» conclue Nathalie Martel, survivante du cancer, dans la vidéo.

À propos de la Société canadienne du cancer
Avec l’appui de 300 000 donateurs annuels et de 30 000 bénévoles, la Société canadienne du cancer (SCC) est l’organisme québécois lié au cancer qui a le potentiel de sauver le plus de vies. Chaque année, quelque 135 000 Québécois se tournent vers elle. La SCC met donc tout en œuvre pour faire grimper le taux de survie global du cancer, actuellement de 63 %, à 80 %.
L’argent recueilli par la SCC permet :
⦁    de prévenir plus de cancers et d’exiger des lois qui protègent la santé;
⦁    de financer davantage de projets de recherche;
⦁    de soutenir plus de personnes touchées par le cancer.
Sauvons + de vies. Visitez cancer.ca ou appelez-nous au 1 888 939-3333.

À propos d’ALPHA Assurances
L'ALPHA, compagnie d'assurances inc., est une société familiale privée 100% québécoise, fondée en 1906. Le siège social est situé à Drummondville. C'est un assureur direct qui possède un lien sans intermédiaire avec ses assurés, en lui offrant divers produits d'assurance de dommages pour entreprise et particuliers (assurance automobile et véhicule de loisir, assurance habitation, etc), ainsi que du cautionnement pour entrepreneurs. ALPHA est fière de figurer au prestigieux palmarès Les sociétés les mieux gérées au Canada. Pour plus d’information sur l’entreprise et ses actions, visitez le www.alphaassurances.com.  

– 30 –

Source et relations médias :

Annie Jean, directrice générale
SCC – Division Centre-du-Québec
819 478.3261 poste 6500
ajean@quebec.cancer.ca
Marie-Pier Vincent, marketing et communications
ALPHA Assurances
1 888 525.7428 poste 3145
mpvincent@alphaassurances.com

SOPREMA INAUGURE SA NOUVELLE USINE DE POLYISOCYANURATE À DRUMMONDVILLE

Drummondville, le 7 décembre 2015 – M. Jacques Daoust, ministre de l’Économie, de l’Innovation et des Exportations, M. Laurent Lessard, ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs et ministre responsable de la région du Centre-du-Québec, M. PierreÉtienne Bindschedler, président de SOPREMA et M. Richard Voyer, vice-président exécutif et chef de la direction, ont inauguré avec fierté la toute première usine de fabrication d’isolant de polyisocyanurate de SOPREMA en Amérique du Nord.   
« Cette nouvelle usine représente un point tournant pour SOPREMA Canada puisqu’elle nous permet d’accroître notre présence sur le marché de la construction. Nous offrons maintenant à nos clients une solution complète pour les toitures pour laquelle nous contrôlons toutes les étapes de production. Encore une fois, nous venons démontrer notre leadership et nous renforçons notre position de chef de file », mentionne M. Voyer, vice-président exécutif et chef de la direction.  
Retour sur la construction  
En mars 2013, SOPREMA annonçait la construction d’une usine de 243 000 pi² érigée sur un terrain d’une superficie approximative de 1 700 000 pi² et située à la jonction des autoroutes 20 et 55 à Drummondville. La première pelletée de terre a été effectuée le 21 mai 2014.  
Les premiers équipements de l’usine, dont un gigantesque convoyeur et huit réservoirs provenant d’Italie, ont été livrés à l’automne 2014. L’installation des machines et des conteneurs s’est faite jusqu’au mois de mars 2015. Quant aux employés de l’usine, ils ont emménagé dans leurs nouveaux bureaux en mai 2015.   
Au printemps 2015, SOPREMA a eu la confirmation que la Compagnie des chemins de fer nationaux du Canada allait construire une voie ferrée jusqu’à l’usine afin de faciliter le transport des matières premières. Le premier train a fait son arrivée le 23 novembre dernier.   
L’été 2015 a été une période de tests et de rodage pour la production des panneaux de polyisocyanurate. C’est depuis octobre que SOPREMA est en mesure de desservir sa clientèle dans un rayon de 800 km autour de Drummondville qui englobe les régions de Toronto, du nordest des États-Unis, de Montréal et des Maritimes.   
Gagnante d’un prix d’excellence en immobilier  
La nouvelle usine, pensée et créée par le consortium d’ABCP architecture et de Dominique Blais Architecte, a été construite par l’entrepreneur général RONAM qui a été soutenu par un grand nombre de sous-traitants. Sa conception exceptionnelle a reçu de nombreux éloges. La construction a notamment été lauréate du Prix d’excellence en immobilier remis par l’Institut de développement urbain du Québec (IDU). Ce prix, qui honore l’innovation et la contribution à la
 
communauté, récompense ceux qui ont contribué au succès de projets immobiliers québécois. Les gagnants sont déterminés selon leur famille d’actif immobilier.   
En voie d’obtenir la certification LEED Or  
En matière de développement durable, l’équipe de projet a eu le souci d’adopter des pratiques de construction et d’aménagement écoresponsables. Parmi les moyens utilisés, il y a notamment des murs solaires, de l’éclairage DEL, une toiture blanche, des bornes pour voitures électriques, une gestion des eaux de pluie, des améliorations au système de ventilation, des mesures d’efficacité énergétique, une utilisation de matériaux locaux et le remplacement de l’asphaltage par du béton compacté roulé blanc pour diminuer les îlots de chaleur.   
Grâce à toutes ces mesures qui minimalisent les impacts environnementaux, la nouvelle usine de SOPREMA est en voie d’obtenir la certification « LEED – Or ».   
L’isolant le plus performant sur le marché   
Le polyisocyanurate est un isolant (mousse hydrophobe à cellules fermées) fabriqué sous forme de panneaux rigides plats revêtus sur les deux faces. Ce produit, qui offre une grande résistance thermique, est utilisé pour diverses applications, notamment l’isolation de toitures. D’ailleurs, le polyisocyanurate constitue actuellement le meilleur produit sur le marché pour répondre aux exigences climatiques des édifices commerciaux, institutionnels et industriels.   
Retombées économiques pour le Québec  
Ce projet qui totalise des investissements de 43 millions de dollars (32,7 millions de dollars en immobilisations) a créé à ce jour 26 emplois. En outre, des centaines d’emplois seront générés chez les fournisseurs et les entreprises locales de transport.    
-30-  
À propos de SOPREMA  
SOPREMA est une entreprise manufacturière d’envergure internationale qui se spécialise dans la fabrication de produits d’étanchéité, de végétalisation, d’isolation et d’insonorisation pour la construction et le génie civil. Fondée en 1908 à Strasbourg en France, SOPREMA est maintenant présente dans plus de 90 pays. Chaque année, des centaines de professionnels de la construction choisissent SOPREMA pour la qualité de ses produits et son service humain.  
Source et relations avec la presse  
Mylène Tremblay Chef marketing corporatif mtremblay@soprema.ca 819-478-8166, poste 3414

Dans le cadre du concours « Les Aliments du Québec dans mon panier » Anhydra s’associe à Rose Drummond afin de promouvoir l’achat local

Drummondville, le lundi 9 février 2015 – C’est avec grand plaisir et fierté que les dirigeants d’Anhydra et Rose Drummond invitent la population à encourager l’achat local, par l’entremise du concours « Les Aliments du Québec dans mon panier », auquel ils participent. Ce concours consiste à faire la mise en marché de façon originale d’un produit certifié Aliments du Québec.

 

Spécialisée dans la déshydratation, Anhydra propose des collations santé de fruits séchés biologiques (pommes et bananes), ainsi qu’une gamme « Gourmet » pour la cuisine! Déshydratés à Drummondville, ces fruits séchés proviennent initialement de l’agriculture biologique québécoise et d’ailleurs. Dans le cadre du concours, Anhydra a choisi de faire découvrir ses tomates séchées biologiques, ayant récemment obtenu la certification Aliments du Québec Bio.

 

La tomate déshydratée à l’honneur

« L’objectif de notre campagne de promotion sera de créer des activités plaisantes, où les gens pourront découvrir un produit unique, fait à 100 % au Québec! Notre dernier produit mis en marché est la tomate déshydratée et jusqu’à maintenant nous avons obtenu que de bons commentaires », explique d’entrée de jeu Martin Gibeault d’Anhydra.

 

À titre de détaillant, l’entrée principale de Rose Drummond sera donc décorée sous le thème de la tomate. Au cours du mois, il y aura plusieurs dégustations dans la boutique et Rose Café offrira même un menu où les tomates séchées seront à l’honneur dans les quiches. Finalement, le produit sera également en vedette sur leur nouvelle boutique en ligne, appelée Rose Terroir.

 

Depuis le début de l’aventure d’Anhydra, Rose Drummond encourage cette jeune entreprise en offrant aux clients les collations de fruits déshydratés en boutique : « Il est reconnu que nous offrons une très grande variété de produits du terroir et nous sommes toujours fiers de pouvoir faire la promotion des produits drummondvillois, tels que ceux d’Anhydra. Nous espérons que les gens viendront découvrir leur gamme de produits et leurs tomates déshydratées à notre boutique », explique Amélie Lampron, directrice commerciale chez Rose Drummond

 

Rose Drummond ouvre ses portes

Au cours des prochaines semaines, et pour clore la période de concours, les gens seront finalement invités aux portes ouvertes des serres de légumes chez Rose Drummond, le samedi 28 février de 14 h à 16 h. Les visiteurs auront la chance d’en apprendre plus sur la culture de la tomate et des autres légumes en serres.

 

Détails du concours

Du 1er au 28 février, les détaillants en alimentation du Québec et leurs fournisseurs sont invités à rivaliser d’originalité afin de réaliser une initiative de mise en marché d’un produit certifié Aliments du Québec. Les projets des trois gagnants feront l’objet d’un reportage qui montrera aux consommateurs les dessous du processus de mise en marché des produits d'ici.

 

« Les Aliments du Québec dans mon panier » est un concours organisé par l’Association des détaillants en alimentation du Québec, en collaboration avec Aliments du Québec et le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation.

 

Plus de détails en consultant le www.concoursalimentsduquebec.com.

 

— 30 —

 

 

Source :

Francis Jutras

Responsable des communications

Société de développement économique de Drummondville

f.jutras@sded-drummond.qc.ca 

 

Pour information:

Martin Gibeault

Ventes et marketing

Anhydra

819 870-2001 / martin@anhydra.ca

HUIT JEUNES PROMOTEURS BÉNÉFICIENT DU SOUTIEN DE LA SDED ET GÉNÈRENT 1 M$ D’INVESTISSEMENT Par l’entremise du Fonds Jeunes Promoteurs et de Futurpreneur Canada

Drummondville, le lundi 7 décembre 2015 – La Société de développement économique de Drummondville (SDED) dévoile les noms de jeunes promoteurs de la MRC de Drummond ayant bénéficié récemment du Fonds jeunes promoteurs (FJP) et de Futurpreneur Canada. C’est ainsi que huit jeunes entrepreneurs ont reçu au total, 66 700 $ et généré des investissements totaux de 1 045 000 $.

 

D’abord, William Grandmont a obtenu la somme de 6 000 $ pour un coût de projet estimé à 40 000 $, nécessaire au démarrage de l’entreprise Atelier Colibri, qui distribue ses produits dans plusieurs boutiques spécialisées de la région. Ce jeune entrepreneur de 25 ans a toujours côtoyé le domaine, puisque son père était charpentier-menuisier. Travailler le bois évoque pour lui le souci de la nature et de l’environnement. C’est après un passage dans le domaine de la construction que Monsieur Grandmont a décidé de renouer avec sa passion et de lancer son entreprise de fabrication de meubles artisanaux écoresponsables. Les produits de l’entreprise sont offerts dans plusieurs styles, variant de la simple bûche, qui sert de table d’appoint, à un îlot de cuisine de style contemporain, en passant par des têtes de lit en bois de grange. À noter qu’il bénéficie également de la mesure Soutien au travail autonome d’Emploi Québec, géré par la SDED.

 

Les deux promoteurs, Raphaël et Guillaume Plantese sont vu octroyer un total de 12 000 $, un apport indéniable au développement deCroque-Noix. Les deux promoteurs ont grandi dans un environnement d’affaires. En effet, leur père et nouveau partenaire d’affaires, Réal Plante, a été propriétaire de plusieurs entreprises dans le domaine agroalimentaire. Aujourd’hui, les deux promoteurs ont fondé la troisième usine de rôtissage de noix de la famille Plante. Il s’agit d’un projet ayant demandé des investissements de 400 000 $. Croque-Noix est située sur la rue Cormier à Drummondville, dans un local de 4 000 pieds carrés, incluant une boutique de 1 000 pieds carrés. Les frères Plante offrent un produit qui se démarque des autres par sa fraîcheur.

 

Par la suite, Michaël Binettes’est vu offrir un montant de 2 200 $ pour démarrer sa nouvelle entreprise Envoi Select, qui aura demandé des investissements de près de 30 000 $. Agissant comme intermédiaire entre les transporteurs et ses clients, l’entreprise obtient un service haut de gamme de ses fournisseurs et par le fait même, en fait bénéficier ses clients, leur permettant ainsi d’optimiser la logistique de leur messagerie. Le projet d’Envoi Select consistait à élaborer une plate-forme électronique basée sur le web, afin de commander les services de messagerie de l’entreprise et de pouvoir suivre leur envoi tout au long du processus d’envoi des petits colis. Les clients ont accès à plusieurs transporteurs présentant différents prix et options, tels que de plus courts délais par exemple, permettant à l’utilisateur de faire le choix correspondant le mieux à ses besoins d’expédition de colis peu importe la destination.

 

Jean-François Tasséa, quant à lui, obtenu 6 000 $ du FJP et 7 500 $ de Futurpreneur Canada afin de soutenir le démarrage de l’entreprise Innonox, spécialisée dans la fabrication et la réparation de produits sur mesure en acier inoxydable. Avec 10 années d’expérience dans la fabrication de pièces métalliques, dont six ans avec l’acier inoxydable, M. Tassé est confiant de pouvoir se démarquer de la concurrence et souhaite devenir une référence de l’acier inoxydable dans la région. Innonox a démarré ses activités dans l’Incubateur industriel de la SDED, pour ensuite s’installer dans un nouveau local situé à Drummondville dans le secteur Saint-Charles. Des investissements totalisant 44 000 $ ont été nécessaires pour le démarrage de l’entreprise.

 

Jean-François Brunellea aussi reçu un montant de 6 000 $ afin de permettre à son entreprise, Paintball Triple Action inc., de prendre son envol. L’entreprise, qui offre un terrain de paintball intérieur accessible à tous, est située à Wickam, dans les locaux du Complexe Arts et Découvertes. Les activités de l’entreprise sont réalisées dans un local de 32 000 pieds carrés, et les installations sont offertes tant aux amateurs qu’aux équipes de compétition. Les clients peuvent donc pratiquer leur sport tout au long de l’année et peu importe les conditions météorologiques. L’offre d’un terrain intérieur est nouvelle dans la région.

Ensuite, Emilie Mathieu a reçu 6 000 $ du FJP et 15 000 $ de Futurpreneur Canada afin de soutenir la mise sur pied d’une Maison de design de mode québécoise. Sa ligne de vêtements pour homme se nomme Alexandre dit Sandy. Ses créations sont disponibles via la boutique en ligne, et le service de confection sur mesure est effectué à l’atelier situé dans l’incubateur industriel de la SDED. Toutes les étapes de production sont exclusivement réalisées localement. La ligne de vêtements a une allure haut de gamme prônant l’ère des textiles intelligents. Oeuvrant dans la sphère du design et du spectacle depuis plus d'une dizaine d’années, Emilie saura déployer toute son expertise afin de dynamiser et faire rayonner le secteur d’activité du textile et de l’habillement avec un projet d’une valeur de 120 000 $.

Michaël Jeana lui aussi reçu 6 000 $ de la part de la FJP pour le démarrage de sa nouvelle entreprise, Microbrasserie Le Bockale, dont le coût de projet est évalué à 490 000 $.L’entrepreneur est un amoureux de la bière depuis longtemps et désire offrir un produit de qualité à sa clientèle.L’entreprise procède à la conception, au brassage et à la distribution de bières artisanales. Elle offre à une clientèle élargie de restaurants, de bars et d’hôtels, une gamme variée de bières artisanales regroupant
6 bières régulières et plusieurs bières saisonnières.

 

Les mesures de soutien

Le Fonds Jeunes Promoteurs a été créé pour aider les jeunes entrepreneurs de 18 à 35 ans en contribuant au financement du démarrage de leur entreprise par le biais d'une subvention.

 

Futurpreneur Canada est un organisme caritatif qui fournit de l’accompagnement de prédémarrage, des ressources d’affaires, du financement de démarrage et du mentorat pour les entrepreneurs âgés entre 18 et 39 ans.

 

Les gens désirant obtenir de l’information sur ces fonds peuvent contacter la SDED par téléphone au 819 477-5511 ou par courriel à info@sded-drummond.qc.ca.

 

– 30 –

 

Renseignements:

Francis Jutras

Responsable des communications

Société de développement économique de Drummondville

819 477-5511, poste 212 /  f.jutras@sded-drummond.qc.ca

Incubateur industriel – Phase 3 : la SDED procède à la première pelletée de terre L’aboutissement d’un des plus grands complexes d’incubation au Canada

Drummondville, le vendredi 4 décembre 2015 — Le maire de Drummondville et président de la Société de développement économique de Drummondville (SDED), Alexandre Cusson, en compagnie du directeur général de la SDED, Martin Dupont et des professionnels représentés par Faucher Gauthier Architectes, Services exp. et Constructions Gagné & Fils, a procédé à la première pelletée de terre de la 3e phase de l’Incubateur industriel, qui accueillera ses premières entreprises à l’été 2016.

 

« La construction d’un 3e incubateur contribuera à maintenir et accroître notre excellent taux entrepreneurial. Depuis déjà 30 ans, la Société de développement économique de Drummondville est un véritable chef de file en développement économique et ça se confirme, car l’ajout de cette nouvelle phase nous permettra d’avoir l’un des plus grands complexes d’incubation au Canada ! », s’est réjoui le maire Alexandre Cusson.

 

Le nouvel incubateur industriel de la SDED sera d'une superficie de 15 000 pi² et aura pour mission de contribuer au démarrage d'entreprises en apportant un soutien organisationnel, opérationnel et administratif. L’incubateur pourra accueillir 7 nouvelles entreprises dans des locaux dont l’espace variera entre 1 650 et 2 500 pi².

 

« Au fil des ans, l’Incubateur industriel s’est avéré un outil permettant de stimuler l’entrepreneuriat en accueillant bon nombre d’entreprises en démarrage. Compte tenu de la demande sans cesse croissante, nous avons décidé de bonifier notre offre avec la 3e phase. Cette dernière construction complètera nos plans de développements, car nos terrains en bordure de l’autoroute 20 seront maintenant occupés à 100 % », de dire Martin Dupont.

 

Au total, ce sont 38 locaux d’incubation dans un complexe de près de 100 000 pi² qui seront destinés au démarrage d’entreprise. Outre l’agrandissement, la SDED entend multiplier les ententes de services avec divers partenariats pour le bienfait des incubés, par le biais du Fonds Incubation. Un accompagnement d’affaires, du mentorat, des formations ciblées et des activités de réseautage sont également organisés pour les entreprises de l’Incubateur.  

« Parmi les 104 entreprises accueillies au sein de l’Incubateur depuis sa création en 1998, 65 % d’entre elles sont toujours en activité après 5 ans, soit près du double de la moyenne provinciale. Au final, ces entreprises auront permis la création de 500 emplois. Ces statistiques expliquent bien pourquoi Drummondville est classée 2e meilleur endroit au Québec pour démarrer ou faire croître une entreprise, selon la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) », a conclu Alexandre Cusson.

 

Rappelons que ce projet évalué à 2 M$ a reçu l’attribution d’un appui financier non remboursable de 550 000 $ du Gouvernement du Québec, par le biais du Fonds de diversification économique du Centre-du-Québec et de la Mauricie.

 

— 30 —

 

Source :        

Francis Jutras

Responsable des communications

Société de développement économique de Drummondville (SDED)

819 477-5511, poste 212

f.jutras@sded-drummond.qc.ca

LA CROISSANCE DE MEUBLES ET VANITÉS GEPETTO SERA SOUTENUE PAR LA SDED À l’aide d’un projet nécessitant des investissements de 300 000 $

Drummondville, le mardi 24 novembre 2015 – La Société de développement économique de Drummondville (SDED) a nouvellement accordé un prêt de 30 000 $ de son Fonds local d’investissement (FLI) à l’entreprise Meubles et Vanités Gepetto inc. Ce soutien financier permettra de soutenir la croissance de l’entreprise, afin qu’elle puisse réaliser ses désirs d’expansion nécessitant des investissements de l’ordre de 300 000 $.

 

Le projet consiste à faire l’acquisition des actifs (bâtiment et équipements) de l’entreprise Ébénisterie Québécoise, afin de répondre au besoin d’espace actuel et futur de Meubles et Vanités Gepetto. La transaction permettra à l’entreprise de développer son marché grâce, entre autres, à la salle de montre qui fait partie des actifs acquis.

 

L’entreprise a été créée en 2010 par M. Sébastien Gagnon qui en est toujours l’unique actionnaire. L’entreprise, qui était jusqu’à récemment installée à Saint-Cyrille-de-Wendover, continuera d’offrir les mêmes services qu’auparavant, soit la fabrication et la réparation sur mesure de cuisines, salles de bain et escaliers. Le nouveau local de la rue Guy, à Drummondville, aura une superficie de 5 000 pieds carrés.

 

Le FLI est un fonds d'investissement qui s'inscrit dans le plan de développement de la SDED. Ce fonds est destiné à la création et au maintien des emplois par le biais d'une aide financière sous forme de prêt qu'il apporte au démarrage ou à l'expansion d'entreprises manufacturières, grossistes-distributeurs ou récréotouristiques localisées sur le territoire de la MRC de Drummond.

 

Les gens désirant obtenir de l’information sur ce fonds peuvent contacter la Société de développement économique de Drummondville par téléphone au 819 477-5511 ou par courriel à info@sded-drummond.qc.ca.

 

– 30 –

 

Renseignements :

Francis Jutras

Responsable des communications

Société de développement économique de Drummondville

819 477-5511, poste 212

f.jutras@sded-drummond.qc.ca

Projet de VIA Rail d’accroître le transport de passagers « La Rive-Sud du St-Laurent doit faire partie du projet » Me André Y. Komlosy, Président de la CCID

______________________________________________________________________________

(Drummondville, le 12 novembre 2015) – La Chambre de Commerce et d’industrie de Drummond (CCID) réitère l’importance que la Rive-Sud du St-Laurent puisse faire partie de la stratégie de VIA Rail d’accroître le transport de passagers.

 

Profitant du passage du Président-directeur-général de VIA Rail, Monsieur Yves Desjardins-Siciliano, jeudi le 12 novembre à Drummondville lors d’un dîner-conférence de la CCID au Centrexpo Cogeco, Me André Y. Komlosy a tenu a rappeler l’importance stratégique pour le développement de Drummondville et la Rive-Sud du St-Laurent, d’un service de trains de passagers plus efficace.

 

« L’idée, avancée par VIA Rail, de la mise en place de voies dédiées aux trains de passagers afin d’améliorer leur fréquence, leur rapidité et leur fiabilité va en droite ligne avec la position de la CCID depuis des années. Nous souhaitons maintenant que la Rive-Sud du St-Laurent s’impose comme une solution lorsque viendra le temps de faire le choix du tracé. Drummondville y gagnera certes un levier de développement économique majeur, mais c’est l’ensemble du sud du St-Laurent, base industrielle du Québec, qui en sortira gagnant », a déclaré celui qui avait contribué à la création de la Coalition Train Rapide : objectif Rive-Sud en mars 2010.

 

La Coalition en mode actif

À cet égard, Me Komlosy a indiqué que la CCID allait s’assurer que la Coalition allait prochainement se réunir afin de préparer une stratégie gagnante.  Mentionnons que la Coalition était moins active depuis qu’il était devenu évident que le projet de TGV ne se réaliserait pas.  « Encore une fois, nous entendons jouer notre rôle de leader afin de mobiliser tous les intervenants de la Rive-Sud du St-Laurent comme nous l’avions fait en 2010.  Le contexte est définitivement favorable à ce projet. Les relations entre les gouvernements du Québec et de l’Ontario n’ont jamais été aussi harmonieuses, le nouveau gouvernement Trudeau souhaite investir 125 milliards de dollars dans les 10 prochaines années dans les infrastructures, notamment dans le secteur du transport collectif et des infrastructures vertes. Lorsque l’option de prolonger la ligne dédiée entre Montréal et Québec se présentera, nous devrons être prêts et nous le serons », a déclaré le président de la CCID.

 

Rappelons que le projet de VIA Rail vise, en premier lieu, à mettre en place des voies dédiées dans le corridor Toronto-Ottawa-Montréal.  La solution de VIA Rail permettra un train à grande fiabilité et à grande efficacité à un coût moindre, le corridor Toronto-Montréal étant estimé à moins de 3 milliards de dollars en comparaison à 10 milliards de dollars pour un TGV.  Avec une extension vers Québec, cela pourrait représenter le passage de 15 à 20  trains de passagers par jour via Drummondville. « Imaginer l’impact que cela aurait sur le développement de notre ville et région  que ce soit pour le recrutement de la main d’œuvre et d’étudiants, l’attraction de nouveaux touristes et un positionnement accru pour notre rayonnement culturel, sans parler d’un déploiement de services plus efficaces et productifs évitant les bouchons de circulation vers les grands centres. Bref, Drummondville se retrouverait avec un levier de développement majeur », selon Me Komlosy.

 

Plan de mobilité durable régional

Rappelons également que la CCID, en novembre 2011, avait déposé un document de réflexion servant à alimenter le plan de mobilité durable que devait par la suite produire la Conférence régionale des Élus du Centre-du-Québec. Parmi les pistes de solution de ce document, apparaissait le transport ferroviaire comme mode de déplacement interurbain notamment en garantissant la mise en place d’une ligne ferroviaire dédiée au transport de passagers afin d’assurer la fiabilité de ce mode de transport. « Cette préoccupation d’un plan de mobilité durable et responsable, la CCID l’a depuis des années, et elle fait largement consensus auprès des intervenants de la région. Nous avons une occasion unique de concrétiser un aspect important de ce plan et nous inviterons bientôt tous les intervenants du milieu à manifester leur appui à cet égard », a conclu le président de la CCID.

 

—30—

 

 
  Zone de Texte: À propos de la CCID<br />
La chambre de commerce et d’industrie de Drummond est vouée à l’essor d’une économie solide, viable et durable favorisant le mieux-être des membres de sa collectivité. Par ses prises de position, la chambre défend les intérêts collectifs de la ville de Drummondville et de la MRC de Drummond et joue un rôle dynamique de concertation pour faire progresser les dossiers prioritaires liés à la croissance économique et à l’amélioration de la qualité de vie en région. Elle est au service de ses membres, qui sont plus de 1 300 réparties dans plus 600 entreprises et leur permet de consolider leur réseau de contacts et de s’exprimer sur diverses tribunes.</p>
<p>